CHANT ATHÉE : NOTRE POÈTE EXALTE PAR LA FÊTE DE LA LUMIERE

Publié le par Thierry

Je ne pourrai pas être de la partie pour le prochain concert, mais à l’approche de noël je vous ai concocté une chanson païenne, en contrepoint des chants chrétiens que nous entonnons habituellement en fin d’année. 
 
Un clin d’œil à nos vieilles racines… et à un certain athée parmi nous que tout le monde reconnaitra (yo !…).
 
Ça se chante sur l’air de « La complainte de Pablo Neruda ».
Prêts ? Trois, quatre :
 
Je vais di-re la légen-de
De ce qui en nous ja-illit
Que chantent les oiseaux dès l’au-be
Et hop, notre cœur sourit
Ô Soleil, tu fais le jour
Et tu nous fais si vivants !
Dam’ Nature, ton nid d’amour
Nous fait un monde ac-cueillant
 
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
 
Je garde dans ma mémoi-re
Mes aïeux sur cent mille ans
Avec eux je pars en chas-se
Et je cueille ce qui est bon
Les ruisseaux, les forêts noi-res
Le danger, l’étonne-ment
C’est une si longue histoi-re
Qui se chan-te dans mon sang
 
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
 
Le printemps plein de lumiè-re,
Innocent comme un enfant
S’élance gra-cieux comme une el-fe
Au milieu des fleurs des champs
Les oiseaux et les riviè-res
Nous accueillent en chan-tant
Et la Na-ture notre mè-re
Nous offre des œuf tout blancs
 
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
 
Ce soir nous faisons la fê-te
Sous le beau ciel étoilé
Gais et chauds comme l’air tiè-de
Et odo-rant de l’été
Dans la danse, on se mari-e
Avec un vent frémis-sant
Et dans la transe on se li-e
Aux esprits environ-nants
 
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
 
Les fruits tombent, puis vient la nei-ge
Faisons un bon feu de bois
La natu-re s’ensommeille
Quand notre So-leil s’en va
Le sapin à la Noël-le
Nous rappelle qu’Il revien-dra
Ô grand cy-cle tu t’achè-ves
Mais tu re-commence-ras
 
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois
Comment croi-re, comment croi-re
Dans le béton gris et froid
À l’enchan-tement des ar-bres
Aux bonnes fées d’autrefois

Commenter cet article

michele 06/12/2014 20:22

Bravo Eric, je resterai beate devant un tel talent d'écriture...

Eric 07/12/2014 19:42

Merci petite elfe des forêts choraliennes :-)