CAISSE ON FAIT SAMEDI, J’MEU RAPPELLE PU

Publié le par Thierry

Salut les tagazou (faut qu’j’arrête sinon je vais me faire virer de ce blog),

 

Des niouzes de notre think tank de choc :

Mes chers petits nanfan, je vais vous commenter le message qui nous est parvenu par-delà le nuage jusqu’à nos électroniques boite aux lettres. (Le 4ème rang des sopranes, vous zavez intérêt à suivre, après y a interro.)

D’abord, j’ai bien compris que dans « il est tard maintenant », on dit a a mour. Non Denis, j’déconne, repose ce comprimé de PROZAC.

Voilà le texte brut, tel que je l’ai reçu dans ma boite aux lettres, à la limite du compréhensibles pour les non-initiés. Nous allons essayer de décortiquer les messages codés qu’il contient. Tenez-vous bien, ya du lourd.

Bonsoir,

on sent le savoir vivre : j’ai pas vu de message particulier dans ce « bonsoir », faut pas être parano non plus.

Pour les choristes qui n'étaient pas à la répétition hier soir, je vous rappelle que nous allons répéter samedi et dimanche à l'espace 2000.

Là ya deux messages bien distincts :

  1. Ceux qui n’étaient pas à la répèt hier soir : vous croyez avoir été discrets, genre, c’est pas la peine de venir puisqu’on a un we de repet au bout de la semaine. Et ben c’est rapé, maame Marie et ses marinettes, elles ont éventé le subterfuge, elles ont pointé discrètement, mais fermement les pauvres brebis zégarées qui ont fait la chorale buissonnière.

Donc, le message sous-jacent indique aux contrevenants, que pour cette fois ca va bien, mais qu’on n’y revienne pas ! (je propose aux absents, notamment chez les ténors, suivez mon regard, de compenser cette cruelle absente, par une obole en pâtisserie sonnante et trébuchante samedi ou dimanche. Ou même les deux pour être sûr d’échapper au purgatoire de la commission répétition. Attention, c’est des sévères.)

 

  1. Les étourdis qui auraient oublié la grand-messe (oups !) choralistique (le correcteur de word vient d’essayer de me mordre) du we prochain : là, on est à la limite de la menace. On en vient à imaginer la fin du monde comme un doux remède à ce qui peut arriver aux inconscients qui auraient oublié ce quasi WOODSTOCK de l’art vocal.

Genre : « on l’a répété une bonne quinzaine de fois, et y en a encore qu’oublient » On comprend à ce moment-là, l’immensité de la patience de Denis, quand il a répété deux fois déjà aux sopranes un truc, et qui ya un basse qui pose la question sur le même sujet. Y a de quoi devenir hystérique. En attendant, ca a son coté utile : tout le monde sait maintenant qu’il y a deux « A » dans amour.

Bref, cher petit étourdit, la commission pitbull t’informe par ce joli message fleuri, que la prochaine fois, t’as intérêt à envisager l’exil immédiat si tu oublies une de ces dates.

 

- Samedi 5 : de 13 h 45 à 18 h 00

- Dimanche 6 : de 9 h 00 à 12 h 00.

Dans ces deux phrases tout est dit : celui qui vient le samedi 11 et le dimanche 12, on lui fait la peau. Sinon, les heures c’est clair.

Nous ferons bien entendu des pauses, les thermos de café, thé ou autres victuailles seront les bienvenus.

Pourquoi cette phrase, dont, je suis certain que vous avez perçu l’extrême perfidie ?

Elle dit en termes à peines voilés (on sent que la commission du fouet et du pilori est au bord de l’explosion, les mots apparaissent quasiment dans leur crudité initiale) que les grignotos des pauses, et le café ou le thé ne vont pas tomber du ciel, et que c’est pas la commission grignotos qui va s’encharger.

C’est toi cher triplinoteur (le correcteur de word s’est pendu) qui devra, de tes blanches mains fournir ces victuailles par toi si durement gagnées.

Quand elles disent « bienvenues », il ne faut pas se méprendre. Cela signifie qu’elles n’ont pas trouvé un mot plus fort qu’obligatoire, ou bien qu’elles n’ont pas osé l’écrire. Cher tripli, pense à tes proches, et surtout n’oublie pas d’apporter le petit pot de beurre pour mère grand.

Sauf contre-ordre, à partir de mardi prochain 8 mars, nous répéterons à Choisy (salle des fêtes) jusqu'au 5 avril inclus.

On n’oublie pas que jusqu’à 8H15 y a yoga transcendantal, et que donc, sauf pour les yogis expérimentés, la repèt commencera à 20H30.

Bonne soirée.

Là, je crois que le message est clair : tante Marie nous souhaite une bonne soirée, et on la remercie vivement de tout ce bon boulot ainsi que toutes les commissions qui nous organisent tout avec une infinie précision. On n’a plus que le plaisir de chanter.

A samedi.

Bon, ben à pouet.

Et surtout, on n’oublie pas que Maame Marie n’est responsable que des mots en gras et en italique.

Bijous,

 

Thierry.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article