COMMENTAIRE DE MARYSE

Publié le par Thierry

Voilà le commentaire de Maryse.

 

 

un commentaire vient d'être posté par maryse sur l'article CONCERT DU 23 MARS 2013 À SALLENOVE, sur votre blog le blog trois-petites-notes


ça fait du bien de sourire le dimanche matin à la lecture du blog de la prose de Thierry!!!


Je suis ravie que notre CHEF ait oublié Santiano, ça m'a donné un fil rouge!! pour la présentation du concert de samedi.


La tenue pour concert hors église m'a l'air définie par les tee-shirts qui ont malheureusement peu servis pour cause de tempête. Des copines m'ont dit qu'elles ont cru qu'une équipe de pompiers
arrivait lors du fest-noz ah! ah! ah!  Je ne vais pas proposer, tee-shirt pour les hommes et FEMEN pour les dames, mais il faudrait un peu plus de gaîté qui correspondrait mieux à l'ambiance
de notre chorale.


Quand à la ballade irlandaise, il suffirait de changer curé en guerrier, même nombre de syllabes et ça reste dans l'esprit du texte de la chanson.


A mardi

 



Complément du blogmestre :

 

Malgré ma conviction laïque qui veut qu'un blasphème ne concerne que ceux qui croient en une religion donnée, par respect pour le curé qui nous reçoit dans son église (même si les frais d'entretiens de ladite église sont pris en charge par les contribuables Athées ou d'autres religions), et dans la continuité du texte de Maryse, je propose la modification suivante pour le 3e couplet (Pardon Renaud).

 "Cessez le feu, à tout jamais, sous aucune bannière l'amour ne se plait, ce sont les hommes, pas les guerriers, qui font pousser les orangers".



Parce qu’effectivement, dans le couplet, il n’y a pas que le mot curé qui peut déranger les croyants. Par exemple, je ne suis pas persuadé que ledit curé va sauter de joie quand il entendra « Tuez vos dieux à tout jamais ».Même s’il a lu Nietzsche, je ne pense pas qu’il ait été converti, si j’ose dire.



Normalement, on ne doit pas dénaturer une oeuvre d'art, mais bon, je trouve que dans ce cas, c'est pour la bonne cause. Sans cela, on ne chanterait pas du tout cet hymne à la paix. Et puis, supprimer un couplet, c'est aussi dénaturer et censurer l'oeuvre d'art. C'est pas toujours simple, les choses sont rarement manichéennes.

 



Adieu à mardi,

Thierry.

 

Publié dans COMMENTAIRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

michele 17/03/2013 16:35


Grace à notre cher blogmestre Thierry, y a d'la joie en ce dimanche, le soleil derrière les nuages et bien v'oui y'a d'la joie partout y'a d'la joie à Sillingy, Sallenoves, La
Balme et partout ailleurs...

Nadine 17/03/2013 14:48


Dimanche pluvieux, dimanche interneteux !


Merci les amis pour vos commentaires poétiques et humoristiques. Mais j'ajouterai aussi culturels ; en 1 WE, quel enseignement ! Je viens d'ingurgiter moultes savoirs : tout d'abord le TKT
(j'imaginais une version religieuse genre tekato ? ou tafédukaté), puis le FEMEN ( je croyais que c'était une revue pratique de travaux féminins), suivi du Mull of Kintyre ( j'avais entendu King
time - j'avais traduit : Moulin du temps du roi!! Les mecs, faut ar-ti-cu-ler !).C'est vrai que je devrais sortir un peu de ma cambrousse...


Mais là, c'est moi qui vais étaler mon savoir : Sallenôves, ça s'écrit avec un S, à la fin (j'y sais, car j'y habite, môa !) et ne blasphémez pas sur ce haut lieu de villégiature, connu jadis,
pour la pureté de son air, dans des temps anciens, ville-étape de nombreuses diligences cheminant entre Annecy et Genève, car son château, situé maintenant sur la commune de Marlioz, est habité
par des spectres qui hantaient les lieux, juste avant minuit. Mais pas de souci pour la répet et le concert, je les ai prévenus, qu'on venait en amis.. et tout'manière on devrait être presque
tous couchés, à c't'heure là !


Sans rancune,


Nadine