COMING OUT : SOPRA EST DEMASQUEE PAR ERIC

Publié le par Thierry

Coucou me revoilà ! Trop de silence après que Robert ait proposé une piste intéressante pour m'identifier... Pour me faire pardonner, et vu qu'on arrive à la fin de l'année, je vais faire illico mon outing. Le suspense n'a que trop duré.

Mais tout d'abord bravo et merci à nous pour notre concert de samedi (c'est bien de s'auto-congratuler, on n'est jamais mieux servi que par soi-même). Une sonorisation très agréable pour nous choristes, un public nombreux, que demander de mieux ? Le chauffage était réglé un peu haut, sinon c'était parfait. On a chanté avec cœur, on a même fait un peu d'impro, c'est ça le spectacle vivant ! :-)

Ce concert n'est d'ailleurs pas sans rapport avec le mystère que je m'apprête à dévoiler. Mais n'allons pas trop vite, et rappelons tout d'abord les faits: suite à une sympathique altercation entre Thierry et les sopranes en pleine répèt, j'avais pris fait et cause pour mes consœurs dans le blog, sous le pseudonyme Sopra Nonyme, car je suis courageuse mais pas téméraire. Évidemment, on a cherché à savoir qui j’étais. J'avais donc donné l'indice suivant :

« Bon, tu veux un indice Thierry? Eh bien d'accord. Mais sache que ma modestie en souffre car on me chante sur tous les tons que je suis, comme mes consœurs, une soprane de haute volée. Qui ça On ? C'est justement l'énigme... ». Fin de citation.

Or il a bien été question d’une soprane de haute volée pendant le concert. De haute volée… Qui monte très haut… Qui s’envole… Et monte jusqu’aux cieux… Quand elle se fait soprane… Mmmm ? Ça y est, tilt ! On l’a chanté sur tous les tons dans la chanson d’anni de la chorale, mais la faute à qui ?
Y a un bout de barbe qui dépasse. Me voilà démasqué, c’est bien moi, Éric.

Tout cela n’était donc que pure mystification, car les sopranes n’ont pas mon organe. Le mien chante trop bas.
À mardi !

Commenter cet article

michele s 16/06/2015 18:47

Eh bien oui c'était Eric, notre talentueux poète au style inimitable, sosie de John Lennon...